Vous êtes ici : AccueilLe CNDH participe à Genève à un atelier d’experts sur le mariage forcé des enfants

Bulletin d'information

  • Réduire
  • Agrandir

Le CNDH participe à Genève à un atelier d’experts sur le mariage forcé des enfants

Sur invitation du Haut-commissariat aux droits de l'Homme des Nations unies, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a participé, le 1er et 2 septembre 2022 à Genève, à un atelier d'experts sur le mariage forcé des enfants, compte tenu du travail mené par le CNDH dans ce domaine. L'atelier d'experts a lieu à la demande du Conseil des droits de l'homme de l'ONU en vertu de sa Résolution 48/6.

A cette occasion, Mme Malika Benradi, membre du CNDH/Mécanisme national de recours pour les enfants victimes des violations de leurs droits, a présenté le travail entrepris par le CNDH sur le mariage des mineurs et sa stratégie pour la prévention et la lutte contre le mariage des enfants au Maroc qui s’appuie sur la connaissance du phénomène, la sensibilisation et le plaidoyer.

Présentant les actions menées par le (CNDH) pour prévenir et lutter contre ce phénomène au Maroc, Mme Benradi a rappelé:

  • L’initiation d’une campagne de lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles, du 25 novembre 2021 au 25 novembre 2022 ;
  • L’élaboration entre 2020-2021 d’un guide sur les droits sexuels et la santé reproductive des femmes, et ce dans le cadre du partenariat avec le FNUAP ;
  • L’organisation d’une campagne de sensibilisation en 2019 intitulée « Mariage des mineurs, abolir l’exception…rétablir la norme » ;
  • Le partage du Conseil des bonnes pratiques avec ses partenaires (UNICEF, FNUAP, NU Femmes, l’Observatoire National de Développement Humain (ONDH), les acteurs de la société civile…) dans l’optique d’élargir le débat de cette thématique et d’enrichir les recherches sur la question ;
  • La participation à la 2ème Consultation dans la région (MENA) sur le mariage des enfants à Amman, en 2018, organisée par le bureau conjoint régional du (FNUAP) et de (l’UNICEF) ;
  • Le plaidoyer pour l’obligation de scolarisation des filles, quel que soit le milieu où elles résident ;
  • L’appui des recherches-actions sur ce phénomène en privilégiant les enquêtes de terrain et les témoignages des femmes et des filles…

Le CNDH a aussi mis en exergue à cette occasion ses recommandations relatives à la prévention et à la lutte contre le mariage des enfants fondées principalement sur   le référentiel universel (Convention des Droits de l’Enfant (CDE) et la Convention d’Élimination de toutes les formes de discriminations à l’encontre des Femmes (CEDEF)). Parmi ces recommandations qui se situent à différents niveaux :

  • La lutte contre la pauvreté et la précarité des familles démunies dont les enfants et surtout les filles sont retirées de l’école à cause du manque des moyens et qui sont mariées très souvent avant l’âge de 18 ans ;
  • Le développement des formations et des activités génératrices de revenu pour les filles ayant quitté l’école par manque de moyens afin de les autonomiser financièrement ;
  • La révision de l’arsenal juridique marocain, notamment les dispositions du code de la famille discriminatoires à l’encontre des femmes et des filles ;
  • La formation des juges qui permet les motivations des jugements sur la base du référentiel universel notamment la Convention des Droits de l’Enfant (CDE) pour refuser toute demande de mariage d’un enfant âgé de moins de 18 ans…

A noter que l'objectif de cet atelier d'experts est d'accroître la compréhension du concept du mariage forcé, de ses manifestations dans différentes régions du monde et d'aborder les questions de droits de l'Homme qui se posent dans le contexte du mariage forcé, en relation avec le droit de se marier, les droits dans le mariage et sa dissolution.

L'atelier d'experts a également discuté des stratégies visant à prévenir les mariages forcés, à protéger les femmes et les filles concernées et à mettre en œuvre des mesures de responsabilisation.