Vous êtes ici : AccueilActualitésConsultation régionale des INDH africaines sur l’examen régional du PMM : Mme Bouayach appelle à l’adoption d’une approche concertée face aux risques transfrontaliers que posent certains phénomènes liées à la migration

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

15-10-2021

12ème Assemblée Générale de l’Euro-Med Droits : Mme Bouayach participe au Panel (...)

Lire la suite

30-09-2021

Avis de recrutement

Lire la suite

27-08-2021

Consultation régionale des INDH africaines sur l’examen régional du PMM : Mme (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Consultation régionale des INDH africaines sur l’examen régional du PMM : Mme Bouayach appelle à l’adoption d’une approche concertée face aux risques transfrontaliers que posent certains phénomènes liées à la migration

« Les objectifs du Pacte mondial pour la migration (PMM), fondés sur les principes et les normes des droits de l’homme ne doivent nullement être appréhendés isolément, mais plutôt dans leur globalité, d’autant plus que nos efforts respectifs ne peuvent aboutir à eux seuls, étant donné que certains phénomènes liés aux questions migratoires posent des risques transfrontaliers, et présentent, de nos jours, des défis nécessitant une approche concertée ».

Les propose sont ceux de Amina Bouayach, Présidente du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) prononcés le 26 août 2021, lors de la séance d’ouverture de la Consultation des institutions nationales africaines des droits de l’Homme (INDH) en guise de contribution à l’examen régional du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières en Afrique.

Cette consultation a été organisée par visioconférence, par le CNDH, en sa qualité de président du Groupe de travail du Réseau des institutions nationales africaines des droits de l’Homme (RINADH) sur la migration, et le RINADH.

A cette occasion, Mme Bouayach a rappelé un constat : « La communauté internationale a manqué à son devoir de garantir les droits humains fondamentaux de cette population vulnérables ». Précisant que « cette consultation intervient dans un timing constamment marqué par la pandémieet la crise sanitaire … qui a aggravé les défis et ne cesse de mettre à l’épreuve l’ensemble des systèmes nationaux et internationaux de protection des droits de l’Homme. Pire encore, cette pandémie aura violemment secoué les certitudes et les doctrines tout en soulevant des interrogations qui s'accompagnent de conclusions de plus en plus pesantes et inquiétantes », a-t-elle dit.

Dans ce cadre, Mme Bouayach a indiqué que « les discussions et les consultations pour la mise en œuvre du PMM devrait être primordialement appréhendées dans le cadre d’une approche multidimensionnelle à l’image de la complexité de la question de la migration ». Mettant en exergue au passage le constat « inlassablement vérifié », selon lequel le traitement de laquestion de la migration se fait selon une approche principalement sécuritaire et technique, qui néglige souvent les exigences de la protection dans le cadre de la responsabilité partagée et des besoins de concertation multisectorielle.

Dans ce contexte, Mme la présidente a précisé que : « Les consultations sont appelées à prendre en considération les récents développements enregistrés et à tenir compte des dimensions non seulement humaines, mais également culturelles, politiques, socio-économiques, ainsi que les nouvelles réalités et les niveaux de développement propre de ces initiatives ».

Mme Bouayach en dernier lieu réitéré, en tant que présidente du GT sur la migration du RINADH, sur la migration, l'importance de mettre en place une coopération structurée avec l'Observatoire africain sur l'immigration, institution vouée à apporter un soutien notable en matière de données probantes sur la migration africaine et de répondre aux différentes architectures institutionnelles de notre continent ».

« Les profondes mutations internationales nous appellent à œuvrer davantage, avec un sens aigu de la responsabilité, pour définir de nouveaux modes opératoires et d’ouvrir des perspectives prometteuses dans la mise en œuvre du PMM », a-t-elle conclu.

Pour sa part, Mr. Fayeq Mohamed, Président du RINADH, a indiqué que cette consultation représente une opportunité pour faire une évaluation et un examen sur le rôle des INDH dans la mise en œuvre du PMM et permettra de partager les informations sur les défis et les bonnes pratiques en usage par les INDH ainsi que les activités du Groupe de travail sur la migration.

Mr. Fayeq a mis en exergue dans son allocution les atouts et les objectifs du PMM et de la Déclaration du Caire adoptée lors de la 12ème Conférence biennale du RINADH qui s’est tenue en Égypte, les 5 et 6 novembre 2019, sur le thème « Le pacte mondial sur les migrations : vision commune des INDH africaines, opportunités et défis de sa mise en œuvre ».

Marquée par la présencede 53 participants dont 22 représentants des INDH membres du RINADH, des départements gouvernementaux, des agences et des experts des Nations unies et de l’Union africaine et de la société civile, cette consultation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action du Groupe de travail du RINADH, notamment le volet relatif au PMM et la Déclaration du Caire. Elle a pour objectif d’offrir aux INDH africaines l’occasion de faire le point sur les actions menées dans le cadre de l’accompagnement de la mise en œuvre des 23 objectifs du PMM dans les cinq sous-régions africaines.

La séance d’ouverture de la rencontre a été marquée par la participation du vice-président de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples, de Mme Gianna Sanchez, de l’Organisation internationale de la migration.

Il convient de rappeler que le document final de la consultation des INDH sera transmis au Réseau des Nations Unies sur les migrations, en tant que contribution des INDH africaines au Forum international d’examen des migrations en 2022.

Haut de page